Accueil ACTUALITÉS COCO EMILIA: VOILÀ POURQUOI J'AI DIVORCÉ
COCO EMILIA: VOILÀ POURQUOI J'AI DIVORCÉ

COCO EMILIA: VOILÀ POURQUOI J'AI DIVORCÉ

2105

Poussée à bout par des internautes ivoiriens, l'influenceuse camerounaise Coco Emilia ou encore Biscuits de mer fait des aveux sur mon mariage.

Il y a quelques jours, une folle rumeur s’est répandue sur la toile, selon laquelle l’influenceuse camerounaise Coco Emilio et son époux Francis Mvemba seraient sur le point de se séparer. L’homme d’affaires congolais avait été assez clair sur cette affaire. ‘’ J'ai vu des frères et sœurs qui se réjouissent soi-disant de la fin de mon mariage ! " On t'avait dit; on t'avait parlé " Ils sont contre mon mariage, ils sont revenus m'appeler, ton mariage, ça va ? J'ai dit ça va très bien ! Si tu veux que mon mariage tombe, tue-moi ou tue ma femme. De mon vivant, je vais garder ma femme. Tant que je vivrai, je garderai ma femme. Laissez-moi tranquille‘’, avait soutenu Francis Mvemba dans une vidéo postée sur la toile.

De son côté, Coco Emilia ne s'était pas prononcée sur le sujet. Ce qui laissait beaucoup d'observateurs dans le doute. Mais l'influenceuse camerounaise, s'est finalement lâchée, par la faute des internautes ivoiriens qui ont vigoureusement critiqué son mariage après l'élimination de la Côte d'Ivoire à la Can 2021. En effet, Coco Emilia a nargué les Ivoiriens après la défaite des Éléphants face à l'Égypte. ''Allez dans l’avion!!!” Vous allez manger attiéké ce soir, attiéké avec l’huile rouge. On dit de jouer ballon, mon ami. Dans ballon ya pas palabre. Pourquoi tu as insulté ma maman, pourquoi tu as insulté mon papa. Et pourquoi tu as insulté ma CAN. Bim, c’est la partie que moi j’adore là qui est arrivée maintenant", a-t-elle indiqué dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Ce qui a poussé de nombreux internautes ivoiriens à s'attaquer au mariage de Coco Emilia qui a fini par se lâcher. "On parle d'un mariage pour lequel c'est moi-même qui ai décidé de partir et surtout demander le Divorce", a-t-elle révélé.

 

tags: